lundi 7 février 2011

Poème de mon cru, qui l'eût cru ?

Le country

Des trémolos du coeur, une trachée qui triche,
Fondant, modulant et prononçant chaque mot
Avant qu'il ne soit dit ; la gorge, cet étau,
Devient dans le country un exutoire riche !

Les instruments tirent trop large et défrichent
Les rêves, malgré leur indolence ; tempo
Émaillé de notes clignotant, de doux mots
Flottant sur les violons jusqu'aux gaies bourriches !

C'est une aventure de cowboys, sans fusils,
Enhardis d'amour pour Dieu, pour sa création :
La Nature, ô, qu'on palpe tant dans le country !

La voix rebondit, les instruments se relancent
En riant ; ou parfois un timbre de passion,
Chevrotant, dans un air étoilé, nous balance...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire