lundi 11 avril 2011

Asymétrie maîtresse


Mon coeur ballant est un asile de lumière
Où des prophéties de noirceur pulsent, très lentes,
Tandis que mon sang saoul l'irrigue de détente.
C'est un ballet vital où des plaies interfèrent.

Ces jours de poisse, de cafard et de tonnerre,
Je cherche le faisceau liant la véhémente
Fureur d'être, la Vie, et les passions amantes.
Mais l'air mort me secoue, compresse mes viscères.

Il est difficile de naître picassien ;
Yeux déments, corps tordu, bleues lèvres d'Haïtien.
Le plus je me délie, le plus je me disloque!

Un casse-tête où l'on retrouve trop de coeurs,
C'est ce que je suis, sous une image de loque!
Ce battement par trop confus... c'est donc un choeur!...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire