samedi 9 avril 2011

L'amour moelleux est mort

Se mordant la lèvre qui saigne, Cupidon
Me lance des pieux vifs de son bras musculeux.
Ses paupières de fou ont comme un frisson.
Convulsant d'amour, il veut trouer mon coeur bleu.

Lors de mes rêveries fragiles aux tons blonds,
La nuit, en sûreté sous l'édredon pâteux,
J'ignore qu'un maboul veut me fendre le tronc,
M'ouvrir le poitrail d'un coup de hache visqueux!

Cela fait, Turpidon glisse dans ma narine.
Tout battant possède un rival cauchemardesque!
Catalogue en main, il me montre des malines...

Le jour suivant, l'oeil clos, je fais des arabesques
En trébuchant; une momie veut qu'on l'étreigne!
Cré nom, c'est le baiser de la lèvre qui saigne!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire