mercredi 7 septembre 2011

Pour mon amoureuse

Je t'aime de tout mon coeur cinglé atomique éclatant
Je t'adore d'un coeur imparfait et zébré
Murmurant sa candeur en ébriété

Il m'arrive de croire qu'une année-lumière
Nous sépare, et tu la balaies d'un sourire.
Finalement, toute la lumière entre nous
Était celle de ton sourire aux lèvres ambrées.

Tu m'enlaces d'une effusion d'amour,
Comme on enveloppe d'une couverture
Celui qui revient de la montagne glaciale.
J'en suis béat, comblé, subjugué.

Et je souhaite te le rendre,
Je tente d'accrocher à tes yeux
Quelques bouillonnements d'étoiles.
Je veux alors te faire majestueusement,
Ineffablement souriante.

Ton regard vert tilleul
Me convie à d'irrésistibles tourbillons.
J'y vois la latence des valses
Qui nous entraîneront.
J'y perçois l'ardeur sereine
De ton monde enamouré,
Où chaque être vaut son pesant d'or.

La sève culbute jusqu'à mon frisson de bouche,
Et je t'embrasse de l'intarissable baiser,
Rêvant les rêves autrefois malmenés.

Et ma pompe vermeille bouge, bat, s'ébroue ;
Puis le sang monte, longe, s'exprime...
À chaque pulsation,
L'élan écarlate qui abreuve mes veines
Dessine en moi le printemps et ses ramures.

Tes complexités me rassurent.
Je te veux crue, entière, toi à la puissance toi.
Je t'aime et veux te découvrir davantage,
Veux coller mon oreille contre ta poitrine,
Entendre ton coeur et celui dans ma tête,
À l'unisson d'une ballade percussive.

Dans les instants où ma main ne frôle
Pas la tienne, ne t'en fais pas.
Dans l'ardeur contemplative du silence,
Je te regarde, vois naître et renaître
Sans cesse ton allégresse aimante,
Te vois te disperser en couleurs
Précieuses et vives,
Tandis que tu colories
Des halos imprenables
Autour des êtres que tu aimes.

2 commentaires:

  1. Oh! Un tel poème mérite d'être imprimé, publié,mérite de parsemer en mile copies l'immensité du ciel de ma chambre, là je pourrai le lire incessamment! Quelle joie, quel bonheur incommensurable que votre être dans mon existence! Déjà, les mots sont légions et pourtant si pâles face à ces éloges lyriques!
    Que dire, ma foi, sinon merci.
    Merci, très sincèrement.
    Merci, très très amoureusement, merci.

    L'amoureuse,

    Juli Suraja
    http://julisuraja.blogspot.com/

    RépondreSupprimer