mercredi 25 juillet 2012

Un anniversaire de vingt-huit ans mémorable !


— On va manger dans un restaurant végé ?
— Hum... hum... qu'elle fait.
— Ah ! Okay ! On va au restaurant cru... là... Crukekchose...
Elle change de sujet en douce.
Soudain, un restaurant coréen, sur notre droite.
— Un restaurant coréen !
— Ça serait une idée... oui, une autre fois !...
— Tu savais que bonjour, en coréen, ça se dit an-nyung-ha-se-yo ?
— Je ne le savais pas, mais c'est joli !...
— Savais-tu qu'en coréen, je t'aime, c'est sa-rang-he-yo ? Et tu me manques, c'est bo-go shi-po-yo... Bo, ça veut dire voir. Donc : je veux te voir.
Et je continue à débiter mes connaissances au sujet de cette langue, tel un dictionnaire ingénu.
— On va à La Banquise ? Ça s'peut pas, tu m'as dit qu'on a une réservation pour 19 h... Ils ne prennent pas de réservations, à cet endroit...
On pénètre bel et bien dans le royaume de la poutine.
— Oh my God ! s'exclame-t-elle. Derrière toi !
Mon pote Michael est là, dans la file, et elle vient de le voir. Mais je ne l'aperçois pas. Comme elle s'est exclamée, je crois qu'un événement a lieu à l'extérieur. À mes yeux, cette idée est immédiatement étayée par la présence d'une voiture de police. D'un regard niaisement profond, je scrute la rue, à la recherche d'un officier qui serait en train de malmener honteusement un doux citoyen innocent. Au fond, ce serait un phénomène outrancièrement commun. Ce qui est stupéfiant, en revanche, c'est que je ne vois toujours pas ce cher gourou du rock, Michael, tant mon attention est sélective !
Nous trouvons une place. Escarmouche inoffensive avec une serveuse, qui croit que nous avons réservé une table pour quinze personnes. Où sont les autres ? Comment tu veux qu'on le sache, il y a erreur sur le groupuscule ! Ç'a beau être mon anniversaire, pourquoi diantre tant de gens ? Passablement autiste, je tolère mal les grands groupes. Julie et moi, au demeurant, devons manger en tête à tête.
Avant de m'asseoir, je constate enfin que Michael est là, le visage empreint d'un grand et suave sourire. Je suis diablement surpris. Je lui sers la main, tout éberlué. Julie, qui l'avait invité, est donc une cachottière ! Nous nous assoyons. Une discussion légère et lumineuse s'installe. Je me détends, je me sens bien, suis heureux en leur présence. Ça sent bon la poutine qui sait adroitement taquiner l'estomac.
Soudain, je me doute d'une présence, à mon flanc droit. Une personne debout. Je tourne la tête. Un très grand homme me regarde.
— Joyeux anniversaire Vieux G !
Or, c'est la première fois que je rencontre Christian.
— Jésus vient de m'apparaître, ni plus ni moins, dis-je, les yeux écarquillés...

Les photos parlent d'elles-mêmes :-) J'ai dégusté un moment précieux en compagnie de deux rois et d'une reine.

Merci pour votre incroyable présence, merci pour cette soirée ! Ça sera gravé ici, là, en dedans, pour longtemps...



5 commentaires:

  1. Magnifique,émouvant, brillant et tendre!
    Quel cadeau!!

    Bon anniversaire encore même si en retard, Vieux G.!

    Love.
    Blue

    RépondreSupprimer
  2. LE Michael de "Choisis ton côté" ?! Wouhaaa!

    LE Christian d Hélénablue ?! Whouaa !

    Le Vieux G de... de 28 ans ? whooooa ! le poète, oui !

    ça me calmerai un brin de traverser l'atlantique nord, si je puis me permettre,
    vous êtes d'assez impressionnants bonhommes.

    RépondreSupprimer
  3. « Le Vieux G de... de 28 ans ? » Lyes ! Oui.

    Julie était présente, aussi :-) Elle tenait la caméra !

    Ça fait toujours plaisir d'avoir de la bonne visite d'Europe !

    RépondreSupprimer
  4. Quelque bonne âme pourrait-elle se charger de livrer un panier de patates chaque semaine au bunker ? On dirait bien que ce monde de connards est en train d'avoir raison du grand Mist. S'il n'a pas fondu de moitié depuis décembre, que le grand crisse me croque.

    RépondreSupprimer
  5. Oui, Julie, la douce et inspirante Julie, qui a su saisir les essences entre le pilon du temps et le creuset du destin : résultante philosophale en l’alchimie festive de cette soirée. Une veillée qui empourpre nos cœurs et grise l'esprit, qui trouve sa place au mémorial, comme autant de moments à vos côtés, les amis.

    RépondreSupprimer