samedi 20 octobre 2012

Deuxième partie

Je ne connais rien à la politique. Mais je vais admettre avoir un faible pour Baroque Aubasmot. On parle souvent de charisme. Moi je parlerais d'intégrité ; il en dégage, ou à tout le moins semble en dégager beaucoup. L'autre, il semble vicieux.


Pour la version abrégée du débat :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire