mardi 5 novembre 2013

Portrait

Femme marginalement belle
C'est une femme-épouvantail qui ploie sans cesse comme les céréales se courbent quand vient le bruit du vent. Un sabir de dentelle exprime sans cesse des secrets et des hésitations dans son regard.
Elle est familiarisée avec le maniérisme duveteux des vampires déchus. Elle est sinistrement captivante. Ses poignets décrivent, par contorsions lasses, des alphabets, des proses, des enchantements, un discours sous-marin.
Elle rêve la vie d'un pôle à l'autre, de l'étoile la plus vilaine à la plus sacrée. L'infini lui est extrême commodité, elle n'a pas à fermer l'oeil.
Son rire de crécelle a la succion de l'envoûtement qui terrifie.
Qu'on se le dise, elle est belle. Une partition d'idéaux a crayonné dans l'abysse de sa prunelle des moments de candeur et des sortilèges bariolés que personne ne saurait... — je n'ai pas le mot pour dire, et c'est tant mieux.
C'est un visage structurellement ingénu, surtout lisse, avec un nez opiniâtrement gai.
Les yeux sont tout attachés au rêve, en vérité, ils sont une étoffe qui lui — onirisme ! — est arrachée.
Les lèvres sont goulûment éployées, pétales voulant sans cesse goûter les rosées.
Une fine chevelure noire, dont de très lisses et tendres filaments solaires sont substitués à certains cheveux, encadre son minois qui rit parfois, qui se rit, qui se cherche.
C'est un beau brin de jeune femme maladroite qui éclipse la langueur affreuse des jours noirs.

13 commentaires:

  1. Magnifique toile. Vraiment Guillaume, j'adore.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Mylène ! J'ai pensé à toi justement en mettant ce texte en ligne, étant donné que tu aimes la prose surréaliste et que tu donnes dans l'oeuvre visuelle... Dans mon recueil, il y a toute une section de portraits comme celui-ci.

    RépondreSupprimer
  3. On peut l'acheter ce recueil des merveilles?

    RépondreSupprimer
  4. Oh, c'est trop gentil !

    Pas encore. J'ai commencé à chercher un éditeur.

    Tiens, pour toi, un autre portrait...

    RépondreSupprimer
  5. J'aime beaucoup aussi cette série de portrait... Je me demandais, si tu devais faire ton auto-portrait ?

    RépondreSupprimer
  6. Dear Helena !...

    J'ai déjà conçu mon autoportrait spirituel dans un moment trouble, et j'avais opté pour un reflet exagéré.

    Toujours est-il qu'il serait intéressant que je réalise un nouveau portrait, moins psychologique, et davantage visuel (tout en y insérant des éléments de psychologie, bien sûr)... Good idea !

    RépondreSupprimer
  7. Guillaume , ces portraits m'embarquent dans des allers-retours, zooms et parallèles gourmandes.
    Effervescent comme un cachet d'aspirine. Bien, bien ! perles, perles...

    RépondreSupprimer
  8. Laure ! C'est drôle que tu surgisses ici. Comme tu peux le voir, j'ai désormais un onglet « Projets vidéo » : je l'ai ajouté tantôt. Ça m'a fait songer à toi, justement ! Cette page est toujours vide, pour l'instant, mais trop de projets vidéo me trottent dans la tête. Il va falloir que je me lance.

    Merci de me transmettre ton appréciation si chaleureusement. C'est toujours apprécié... Je vais faire en sorte que ce blogue revive. Bien heureux si cette première tentative me remet dans la bonne voie.

    Je vais sortir de mon cocon et venir vous voir plus souvent, moi aussi !

    RépondreSupprimer
  9. Je te relis...
    Tes portraits sont d'une vivance absolue, goulûment relayé par la sonorité des mots, de leurs associations uniques en ton genre, on a envie de les boire, de les entendre, sur une scène ou dans un micro, que sais-je... vraiment.

    Vidéo (24 images par seconde) = temps = tempo = sonore, non ? sinon, quels sont-ils tes projets visuels ?

    RépondreSupprimer
  10. Tout cela me gêne, je ne sais que dire !

    Quant aux vidéos : j'aimerais faire de petits courts-métrages absurdes, des vidéos d'humour.

    Mam'zelle Gambade et moi-même avons un très potable concept humoristique à exploiter. Une sorte d'humour noir et absurde. Quant aux courts-métrages... le pluriel est peut-être de trop : j'ai, pour dire vrai, eu une idée de court-métrage surréaliste. Ça parlerait de la sélection naturelle.

    RépondreSupprimer