mardi 24 janvier 2017

Épatant Dalí !



J'aurais préféré mettre en ligne la vidéo où il dit qu'il a parfois peur de crever d'excès de satisfaction et que tous les instants de sa vie sont des prodiges sybaritiques, mais je l'ai seulement vue sur les médias sociaux, sans possibilité de l'exporter. Il se trouve que je le comprends. Le bonheur ne s'exporte peut-être pas, mais il se construit là où l'on veut. En recherchant la vidéo, j'ai plutôt trouvé celle-ci. Il faut dire qu'il est drôle !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire