samedi 3 mars 2018

Musique classique

Musique classique, ma mamelle aux lunaires
Larmes, édifice de revirements bleus,
J’aime ton attirail de vertus débonnaires,
Et la rouge fumée que tu peins dans nos yeux…

Tes élans de flammes d'orgueil, tous tes hasards
Ouvrant des portes, et décoffrant mes moult cœurs
De gigogne rêvant en un grand tout gaillard,
M’encrépusculent dans l’instant plein de clameur...

O, galbes de l’ampleur, typhons chic et tornades
Esthétiques, près de vous j’aime méditer
Dans la courbe de feu des instants qui s'évadent,
Cambrant mon poitrail de musicales pensées !

Je me sens, près de toi, mon grand éden fibreux,
Tout comme dans une ruche où vibrent des ailes
À l’infini, au sein d'un concert d’amoureux
De l’amour de Dieu, où tous les cœurs s’interpellent.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire