lundi 24 juin 2019

On disait de William qu'il était un psychologue né, et je trouve que c'est vrai

Sonnet XXX

When to the sessions of sweet silent thought
I summon up remembrance of things past,
I sigh the lack of many a thing I sought,
And with old woes new wail my dear time's waste:
Then can I drown an eye, unused to flow,
For precious friends hid in death's dateless night,
And weep afresh love's long since cancelled woe,
And moan the expense of many a vanished sight:
Then can I grieve at grievances foregone,
And heavily from woe to woe tell o'er
The sad account of fore-bemoaned moan,
Which I new pay as if not paid before.
But if the while I think on thee, dear friend,
All losses are restor'd and sorrows end.


Sonnet XXX

Aux séances de ma tendre pensée muette
Où j’évoque les remembrances d’un passé,
J’ai un soupir face à mes rêveries défaites,
Mes vieux maux neufs me font pleurer le temps usé:
Aussi je noie mon œil, des flots ignorant tout,
Car mes amis sont cachés dans la nuit des morts,
Pleure de plus belle l’amour pourtant absous,
Et gémis sur le prix des vues qui s’évaporent:
Or des revers éclipsés je souffre à nouveau,
Et je m’appesantis de douleur en douleur,
Fais le compte des plaintes une fois de trop,
Que je repaie malgré mes paiements antérieurs.
En même temps, si je pense à toi, cher ami,
Les pertes s’estompent, et les chagrins aussi.

— William Shakespeare

Aucun commentaire:

Publier un commentaire