dimanche 20 octobre 2019

Poème d'après minuit

La fleur fustigène, le doléant macabre, mon arrogance de rien...

J'ai éjaculé le soir sous la paupière d'un monstre / Dans un grand carnaval de sangles / Qui miroitaient comme des imprévus / J'ai arpenté la brèche des multitudes / Dans la nuit grosse comme une baie / J'ai fait l'amour à des femmes / Aux quêtes codifiées / Et aux jupes juteuses / Au détour d'un frisson craquant comme un baiser / J'ai marié la vie et la nuit / Avec un gyrophare pastel sur la tête

La fleur fustigène, le doléant macabre, mon arrogance de rien...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire