samedi 23 novembre 2019

Je croise tellement de monde connu

Je croise tellement de monde connu, mais le pire, c'est que je m'en fous. On m'a fait remarquer que je suis probablement physionomiste. Si j'ai rencontré une personne une seule fois dans ma vie, je peux la reconnaître, bien souvent, au premier coup d’œil, même des années après, dans des circonstances et un angle d'observation différents. Par exemple, après une soirée de poésie, ça fumait dehors, ça placotait au sein du petit troupeau nouvellement formé, et un quidam s'est greffé à notre groupe. On n'a pas parlé plus que ça. Six mois après, environ, je l'ai croisé en sens inverse sur le trottoir d'une avenue, il était avec des gens, habillé tout à fait différemment, et en levant les yeux, je n'ai eu qu'une fraction de seconde pour l'identifier, ce que j'ai fait. Six mois, mais ça peut être dix ans plus tard, aussi. Ce qui est très différent des gens qui fabulent ce qu'ils veulent, quand ils veulent.

Tout le monde croise des têtes connues ; peut-être suis-je plus susceptible de les reconnaître, avec ma sensibilité d'observateur, dans la mouvance rapide des choses ? Toujours est-il, j'ai vu Dany Laferrière qui sortait d'un Dollarama. L'auteure Mikella Nicol, dont une fois dans le métro à mon souvenir. J'ai vu James Hyndman, par deux fois. J'ai croisé Karine Gonthier-Hyndman, par ailleurs. Puis il y a eu Julie Le Breton, à une station de métro. Christian Bégin. André Sauvé. J'ai dû voir Jean-Thomas Jobin trois fois. Danny Turcotte, twice. Julien Lacroix, je l'ai croisé itou. Murphy Cooper, au centre-ville, idem : « ça me surprend que tu me reconnaisses, les gens ne me reconnaissent plus, depuis ma perte de poids ! » Yannick de Martino, une foultitude de fois, genre quand les portes du train du métro s'ouvrent, ou dans une allée du supermarché. Une fois, j'ai aperçu Patrick Lagacé. Dans un centre commercial, j'ai vu Gregory Charles. Marie-Mai aussi : c'était au Carrefour Laval, mais ça fait longtemps. À l'épicerie (c'est souvent à l'épicerie, en fait, que je les croise), je suis tombé sur Michel Rivard. J'ai croisé Cœur de pirate, deux fois, récemment. Une fois, elle aussi, dans un commerce de détail en alimentation, une fois près d'un parc.

Mais la palme de l'ubiquité revient à Jean Leloup. J'ai dû le croiser quatre ou cinq fois dans la dernière année. C'est arrivé la dernière fois jeudi soir. Et...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire