dimanche 3 mai 2020

La façon dont StarCraft est devenu populaire en Corée du Sud




C'était en effet un sacré concours de circonstances, cette crise économique, l'avènement d'excellentes connexions à Internet, le foisonnement des PC방, un jeu si accessible, mais avec tant de profondeur, rassembleur, une culture consciencieuse comme celle des Sud-Coréens, de laquelle ont émergé les progameuuurs...

J'admirais Lim Yo-hwan pour son intelligence gigantesque, son inventivité, sa créativité qui dépassait celle même des artistes, et son caractère qui frisait la noblesse. J'admirais également Lee Yoon Yeol, malgré son esprit plus carré, mais justement ses doigts suintaient la logique, c'était un génie, on l'appelait Genius Terran, avec raison. C'était Sun Tzu avec un visage de bébé. Choe Yeon-seong, pour sa part, était un phénomène: tellement doué qu'on le surnommait Cheater Terran. Il a révolutionné la macro-gestion: il produisait des bases et des unités avec une confondante abondance. Cela ne se peut pas, mais imaginez que l'un des joueurs ait plus que ses seize pièces promises aux Échecs, que son côté du plateau déborde, et qu'il lamine son adversaire. Je retrouvais la pureté logique d'un Lee Yoon Yeol, dans son jeu, avec en prime une sorte d'agressivité folâtre, et d'audace de la démesure: c'était comme si une espèce de King Kong tacticien un peu ivre était débarqué dans cet univers et n'avait fait qu'une bouchée des adversaires; ses armées, presque inexplicablement surdimensionnées, évoluaient en se jouant de l'ennemi. Pas étonnant que j'aie utilisé plus de mots pour rapporter sa folie des grandeurs.

Plus tard, il y eut Flash, l'arme ultime, dont je n'ai jamais su le vrai nom. Étais-je dans une phase où j'étais moins intéressé? Ce dernier, qu'on considère comme le plus grand du jeu, n'était à mon sens qu'une synthèse des trois génies avant lui. Ces derniers n'avaient plus l'impulsion sacrée ou l'énergie pour lui foutre une raclée.

Du reste, j'adorais Kang Min, alias Nal_rA, joueur Protoss. Il était le pendant d'Aiur de SlayerS_`BoxeR` (Lim Yo-hwan, mentionné au début du second paragraphe). Je trouve qu'il y avait une espèce de grandeur chez lui. Il avait une tête de chef d'orchestre. Il orchestrait des bizarreries stratégiques comme si de rien n'était. Dans une entrevue, il avait dit que ses plus grands atouts, ce sont son cerveau et ses mains. Sinon, GARIMTO, en voilà un autre qui en avait dans le buffet. Puis je m'enthousiasmais aussi pour le parcours de Guillaume Patry, car nous avons le même prénom, il était juste un peu plus vieux que moi, et il est Québécois, et il avait été au sommet, accomplissement qui était le signe indiscutable d'un grand talent...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire