dimanche 10 avril 2011

Éructation d'aurore

Mon cerveau tourne sur lui-même
Tel un foetus qui brûle de voir le jour
Afin d'imprégner ses rétines
De communication cristalline

Mon âme rêve de s'éployer
Telle une voile blanche, souple et valeureuse
Plutôt que d'être
Bizarrement déchirée

Une chaleur noire
M'étouffe

Sous mon scaphandre
Courent
Des nuées
D'insectes violents

Un soleil éléphantesque 
Se reflète élégant
Sur ma visière —
Mais on ne sait pas
Qu'en bouche
J'ai une pâteuse prière...

Une ferveur crispée
M'étourdit !
Je m'affaisse, ne suis plus que mer de viscères !

L'effroi et la langueur se chevauchent
Jusqu'à me faire ivre.

J'aimerais cueillir
Les fruits des prodigieux soleils
- Baies de girasol ! -
Que je sais tout en haut de
L'abîme guttural et terreux
Que j'ai dévalé jusqu'au
Bide acide

J'aimerais croquer
Les césures
Qui empêchent
Le temps
De se délier
Dans un flot
Romanesque
D'un infini
Romantique...

J'aimerais défroisser
Ma contenance
Et être un magnifique
Lépidoptère intersidéral
Dont les ailes ont le
Motif compliqué
Mais l'art de flamboyer
Tout en débordant subtilement
Tel un nectar de lumière
Curieux et crémeux...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire