mercredi 6 avril 2011

Sombre sabre saoul

Parfois, je sirote de suaves mémoires,
Émerveillé par des faubourgs d'astres mentaux...
Le silence onctueux est coulis musicaux.
Quand tout est gai, mon coeur est un vivant miroir!

Mes rêves mastards se frottent à des espoirs
Naïfs, tout d'un onirique matériau.
Je ris à m'en fendre le crâne et tous les os!
Mon appartement me semble être un clair manoir...

Hélas, parfois, une paniquante vipère
Creuse mon coeur et y niche : folie, colère!...
J'ai de flamboyantes nausées au sein de l'âme.

Parchemin de soucis, mon cogito s'obombre...
Comment retirer de mon coeur ce sabre infâme?
De mon âme saignent des prières dans l'ombre...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire